Pascal Bruckner, philosophe, était le 4 octobre 2011 sur le plateau de l'émission "Ce soir ou jamais", sur France 3. Il était présent pour défendre son dernier livre : Le Fanatisme de l'apocalypse (Grasset, 2011)

La vidéo de l'émission est ici : http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?page=emission&id_rubrique=1481

Sa dernière intervention lors de l'émission fut la suivante (vers 1h27)

C'est pas en marchant à pieds, en ne prenant pas sa voiture et en réduisant ses emballages qu'on va changer le climat de la planète. Il faut quand même être raisonnable, c'était très sympathique de faire ce genre de petits gestes. ... Je pense que ça peut améliorer la vie en commun, la vie collective, mais nous n'avons aucun pouvoir sur la marche de la planète, il faut pas se prendre pour plus qu'on est. Et aussi dans le mouvement écologique, il y a une sorte de Prométhéisme de l'action, une surestimation des pouvoirs de l'homme, alors c'est très bien de couper l'électricité derrière soi, de fermer l'eau du robinet, m'enfin soyons sérieux, c'est quand même une vaste plaisanterie. C'est pas ça qui va inverser le cours du climat, et pourquoi pas inverser la rotation de la Terre pendant qu'on y est? L'homme n'est pas tout puissant.

Il explique dans cette citation qu'il faut être raisonnable. Je pense que Pascal Bruckner devrait lui-même être plus raisonnable et cesser de dire des telles énormes bêtises. Il dit : "nous n'avons aucun pouvoir sur la marche de la planète". Ce passage va à l'encontre de ce que dit l'ensemble de la communauté scientifique. Bruckner sous-entend ici que le réchauffement climatique n'est pas lié aux activités humaines. Il l'a déjà fait dans un article de Libération. Bruckner, tout comme Claude Allègre, n'est pas expert du climat, et il n'a donc aucune légitimité pour en parler. (il peut par contre citer les résultats des travaux des scientifiques du domaine...). J'avais déjà écrit un article pour expliquer pourquoi on n'a aucun droit de nier le réchauffement climatique ici.

Il est donc totalement inutile d'acheter ou lire son livre.