La catastrophe nucléaire Japonaise nous fait débattre à nouveau de la politique énergétique française, qui est très favorable au nucléaire (75 à 80 % de l'électricité en France est nucléaire).

Il est évident que les centrales nucléaires sont dangereuses. Les catastrophes de Tchernobyl, 3 mile Island, et maintenant Fukushima / Dai-Ichi nous le montre clairement... Tous les cas possibles d'accidents ne pourront jamais être pris en compte lors de la conception des centrales. De plus, les déchets radioactifs sont là pour extrêmement longtemps... Et l'extraction de l'uranium est très polluante. Le risque de prolifération nucléaire à des fins non pacifistes pèse également sur nous.

Il est donc incompréhensible dans /index.php/2011/03/16/174-apres-fukushima-le-choix-du-nucleaire-en-questionces conditions que l'on continue dans la voie du nucléaire, et on devrait logiquement changer notre mode de production d'énergie électrique.

Mais, (car il y a un mais...) il s'agit là d'une opinion irréfléchie et irrationnelle. En effet, il est aisé de s'opposer au nucléaire, encore faut-il pouvoir proposer quelque-chose pour le remplacer! Et comment pourrait-on émettre un avis sur le nucléaire sans comparer ses avantages et ses inconvénients aux autres sources d'énergie électrique?

Quand on pose la question de la fin de l'énergie nucléaire en France, la première idée qui vient est, d'une part, de faire des économies d'énergies ( comme on dit, la meilleure énergie est celle qu'on ne consomme pas), et, d'autre part, de développer les énergies renouvelables pour compenser la fermeture des centrales nucléaires.

Beaucoup de gens pensent que l'on a perdu beaucoup de temps dans le développement des énergies renouvelables, puisque l'argent qui a été dépensé dans la recherche nucléaire aurait dû être dépensé dans la recherche sur les énergies renouvelables, et dans l'économie d'énergie (isolation, ...). Ce raisonnement est au moins en partie biaisé, puisque l'argent qui n'aurait pas été dépensé dans le nucléaire aurait dû être dépensé dans l'importation de gaz, charbon et pétrole...

Mettons en place un scenario économie d'énergie d'ici à 2030, complété d'un fort développement des énergies renouvelables. Il est clairement envisageable de diminuer significativement notre consommation électrique. En particulier, en faisant des efforts dans l'isolation et dans l'efficacité énergétique (ampoules à filament remplacé par leds, électroménager efficient, …), on pourrait sans doute diminuer de 20% notre consommation d'ici 2030... Cet objectif serait déjà ambitieux, car jusqu'à aujourd'hui, la tendance à toujours été à une forte augmentation de nos consommations (sauf en 2009 à cause de la crise), d'une part, à cause de la croissance démographique, et, d'autre part, à cause de l'augmentation de la consommation individuelle. Le fait d'avoir une électricité peu chère en France a aussi fait en sorte que notre consommation est plus importante que dans des pays comparables (développement du chauffage électrique...).

Etats-Unis : 13638 KWH/an et par habitant en 2007
France : 7772 KWH/an et par habitant en 2007.
Allemagne : 7184 KWH/an et par habitant en 2007.
Royaume-Uni : 6123 KWH/an et par habitant en 2007
Italie : 5713 KWH/an et par habitant en 2007.
Chine : 2332 KWH /an et par habitant en 2007

Si on parvenait à une diminution de notre consommation de 20%, on passerait alors de 519 TWh produits en 2009 à un besoin de 415 TWh en 2030. Ce chiffre ne prend pas en compte le probable nouveau domaine de consommation d'électricité : la voiture électrique qui va sans doute se démocratiser d'ici 2030...

Il est possible de développer les énergies renouvelables. L'énergie éolienne, l'énergie solaire photovoltaïque, la biomasse, l'hydroélectricité...

Concernant l'éolien, si on parvenait à 50 GW installé, cela serait déjà très ambitieux (et beaucoup de grincheux anti-éolien défileraient peut-être dans les rues). Le numéro 1 européen est l'Allemagne et avec 27 GW, 36TWh ont été produits en 2010. Avec 50 GW installé, on pourrait produire autour de 90 TWh si on améliore le rendement de l'éolien français par rapport à ce qui existe aujourd'hui en Allemagne (avec entre autre des éoliennes offshore)...

62 TWh d'hydroélectricité ont été produits en 2010 en France. Il est connu qu'on a presque atteint le maximum de nos capacités. On pourrait tout de même imaginer que l'on parvienne d'ici 2030 à augmenter notre production jusqu'à 80 TWh.

On peut également prendre en compte le solaire photovoltaïque. En 2009, l'Allemagne (n°1 mondial) a produit 6,2 TWh d'électricité photovoltaïque. On pourrait imaginer produire 40 TWh d'ici 2030 avec beaucoup de volonté (et surtout d'argent dépensé).

On peut aussi compter sur l'énergie électrique produite à partir de la biomasse : à la grosse louche, 30TWH en 2030 si là aussi on faisait de gros efforts. (dans ce document il est question de 20TWh en 2020)

Comme prévision grossière, en 2030, le total d'énergies renouvelables suivant est obtenu :

- Eolien : 90 TWh
- Hydro-électricité : 80 TWh
- Photovoltaïque : 40 TWh
- Biomasse : 30 TWh
- Total : 240 TWh

On constate que dans ce scenario optimiste concernant les économies d'énergies et les énergies renouvelables, il manque toujours autour de 175TWh. De plus, l'éolien et le photovoltaïque sont intermittents ce qui est très compliqué à gérer lorsqu'ils prennent une part aussi importante dans le mix énergétique.

Il faut donc faire appel à d'autres formes d'énergies, non renouvelables : les énergies fossiles. Mais la production d'électricité à partir de gaz/pétrole/charbon, est-ce vraiment moins dangereux que la production d'électricité nucléaire ? Je vais développer essentiellement ce critère puisque c'est logiquement celui-ci dont il est question en ce moment étant donné l'actualité. D'autres critères mériteraient également d'être développer sur le sujet (emplois, prix, indépendance énergétique, pénuries de matières premières...)

L'extraction du charbon est très très dangereuse, et chaque année, dans le monde, il y a des milliers de mort dans les mines. En 2009 : 2631 personnes sont mortes dans les mines de charbon!

L'extraction du gaz est également dangereuse! Une rapide recherche nous apprends que le 7 mars 2011, 11 personnes ont été blessées dans une explosion dans en Alberta dans un puits de gaz naturel. Le 23 juillet 2010, 2 personnes sont mortes à Pittsburgh dans une explosion d'un puits de gaz.

C'est le même constat pour le pétrole... Vous vous souvenez peut-être de Deepwater Horizon, ses 11 morts, et pire marée noire de tous les temps!

Il ne faut pas seulement extraire les énergies fossiles, il faut également les transformer en électricité. Et là encore, quelques petits accidents et quelques morts font partis du processus normal.

Petite recherche rapide concernant les centrales au charbon et au gaz:

- 3 avril 2010 : un mort en Italie dans une centrale au charbon 
- le 7 février 2010 : 5 morts et 20 blessés dans une explosion dans une centrale électrique au gaz à Middletown au Etats-Unis.  
- Le 24 janvier 2010 en Pologne : un mort et trois blessés dans la  centrale thermique Dolna Odra.
- 18 décembre 2009: un mort en France  lors d'une explosion dans une future centrale électrique au gaz à Blénod-lès-Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle)...
- ...

Pendant le processus de production de l'électricité à partir de combustibles fossiles, des particules sont envoyées dans l'atmosphère. Elles sont également responsables de "quelques" morts... En France, 30000 morts anticipées par an seraient dues à la pollution atmosphériques, auxquelles les centrales thermiques participent (ainsi que les voitures) ... Ce problème ne concerne pas le nucléaire. Dans le monde, ce serait 2 millions de décès prématurés à cause de la pollution de l'air en milieu urbain!

Pendant le processus de production de l'électricité à partir de combustibles fossiles, des gaz à effet de serre sont émis dans l'atmosphère (dont du CO2). Cela provoque déjà et provoquera dans le futur de nombreux morts : 300000 morts par an seraient d'ores et déjà imputables au réchauffement climatique (malnutrition, catastrophes naturelles, ...). C'est sans doute la pire de toutes les menaces contre l'humanité!

A noter : l'hydroélectricité est également plutôt dangereuse (En Europe seule, les accidents de barrages sont responsables de plus de 2.000 décès. 72 morts en Sibérie le 17 aout 2009.)

Une étude a calculé le nombre de morts par GW de puissance installée et par an, selon le type d'énergie primaire. Ces chiffres sont assez anciens (Source : Nuclear Power and Health, World Health Organization, 1994) :

- Charbon : 1,3 à 17
- Pétrole : 1,5 à 11,1
- Nucléaire : 0,3 à 3

Une autre étude donne les chiffres suivants (mort par TWh produit) :

- charbon – moyenne mondiale : 161 (26% de l'énergie mondiale 50% de l'électricité)
- charbon – Chine :278
- charbon – Etats-Unis : 15
- Pétrole : 36  (36% de l'énergie mondiale)
- Gaz naturel : 4  (21% de l'énergie mondiale)
- Agrocarburant/Biomasse : 12
- Tourbe : 12
- Solaire (panneaux sur les toits):  0.44 (moins de 0.1% de l'énergie mondiale)
- Eolien : 0.15 (moins de 1% de l'énergie mondiale)
- Hydro : 0.10 (moyenne européenne, 2.2% de l'énergie mondiale)
- Hydro : 1.4 (monde, incluant Banqiao. Environ 2500 TWh/an et 171,000 morts à Banqiao)
- Nucleaire : 0.04 (5.9% de l'énergie mondiale)

Le nucléaire serait donc moins dangereux que les énergies fossiles. Sur le critère de la dangerosité, qui est pour beaucoup de personnes le plus déterminant, on n'a donc pas le droit d'être opposé au nucléaire, sans être encore plus opposé aux énergies fossiles!!!

Conclusion

Réagir sous le coup de l'émotion à une catastrophe comme Fukushima / Dai-Ichi est une grave erreur. Est-ce qu'à chaque accident d'avion, on réfléchit à interdire tous les vols ? Non, car nous sommes conscients que l'avion est le moyen de transport le plus sûr.

En matière d'énergie, le nucléaire n'est pas l'énergie la plus sûre. Ce sont plutôt l'éolien, le photovoltaïque, la biomasse qu'il faut développer au maximum. Cependant, ces énergies propres ne suffiront pas à moyen terme à remplacer le nucléaire. Et les énergies fossiles sont surement pires que le nucléaire en matière de dangerosité pour la population. En France, on n'a heureusement pas de tremblements de terre ni de Tsunami de l'ampleur de ceux du Japon. Le risque 0 n'existe pas et n'existera jamais. Il faut tout faire pour qu'un accident du même type que celui du Japon ne puisse pas avoir lieu en France... cela passe par la pratique de l'amélioration continue, du retour d'expérience, et de la transparence...

Qu'est ce qui nous importe le plus ?

La faible dangerosité?
L'indépendance énergétique ?
Le prix bas?
Le long terme? (car pénuries des matières premières annoncées)
La création d'emplois ?

Chacune de ces questions est essentielle, et devrait faire l'objet d'études poussées aboutissant à des indicateurs pour chaque type d'énergie. Le choix énergétique français ne peut se faire que par un arbitrage entre différents choix qui sont tous insatisfaisants. C'est une décision politique qui doit se faire sur la base de critères objectifs.

J'ajouterais que pour être en accord avec ses convictions, toute personne qui est opposée au nucléaire civil se doit, d'une part, de diminuer au maximum ses consommations électriques, et, d'autre part, de se fournir en électricité chez Enercoop par exemple, qui garantit une électricité d'origine renouvelable (à un coût un peu plus élevé)... Si l'ensemble de la population agissait ainsi, une part du problème serait résolu.